photo dyle.png

Découvrez la Dyle !

Source de la Dyle

 La Dyle prend sa source en amont de la « cense de Hagoulle » sur le territoire de Houtain-le-Val à Genappe. 

Capture d’écran 2022-02-09 à 15.46.08.png

Dans sa partie wallonne, la Dyle traverse les communes de Genappe, Court-Saint-Étienne, Ottignies-LLN, Wavre et enfin Grez-Doiceau. Elle poursuit ensuite son cours en région flamande pour se jeter dans le Rupel, après un parcours de 86 km. Le Rupel, quant à lui, se jette dans l’Escaut quelques  kilomètre plus loin.

 

La Dyle présente une qualité moyenne malgré les structures d’assainissement en place (égouts, collecteurs et stations d’épuration). Cet état de fait est dû aux nombreux rejets d’eaux usées domestiques qui sévissent encore malgré l’obligation de raccordement à l’égout. Elle subit aussi une forte pression due aux activités agricoles et aux pollutions « accidentelles » (coulées de boue, utilisation d’engrais chimiques, de pesticides, etc.). Ses passages répétés aux centres des agglomérations lui ont donné un profil fortement artificialisé, ce qui ne l’aide pas à recouvrer une certaine qualité, sans compter tous les actes inciviques qu’elle subit : nous ne comptons plus les caddies, vélos/mobylettes, plastiques et déchets en tout genre, barrières nadar, panneaux de signalisation jetés dans son lit et sur ses berges.

Elle présente toutefois 4 petits affluents de très bonne qualité : le Blanc-Ry (bois de Lauzelle à Ottignies-LLN), le ry des Ballaux à Wavre et le ruisseau de Limal à Wavre, voire la Marbaise à Grez-Doiceau.  

Capture d’écran 2022-02-09 à 15.47.55.png

La Dyle et ses principaux affluents comptent une belle diversité piscicole avec 29 espèces de poissons recensées et en augmentation, tant au niveau du nombre d’individus qu’au nombre d’espèces. Parmi celles-ci, citons : l’épinoche, le goujon, la loche franche, le gardon, le goujon asiatique (invasif), la carpe, le chabot, le chevaine, la truite fario, l’anguille, etc.

Quant à sa faune et sa flore emblématique, on peut révéler la présence du martin-pêcheur, du pic noir, de l’alyte accoucheur (batracien), du râle d’eau et du célèbre castor présent partout, en témoignent ses innombrables traces visibles (coulée sur les talus, arbres taillés en pointe…). 

 

Malgré son profil fortement urbanisé, la vallée de la Dyle présente des zones naturelles intéressantes, notamment entre Ottignies-LLN et Wavre : site Natura 2000 (à Limelette), la cressonnière du ruisseau du Pinchart (Ottignies-LLN) ou encore les réserves naturelles du Bouly, de Laurensart et des Prés St-Jean (Grez-Doiceau).

Capture d’écran 2022-02-09 à 15.46.58.png
Capture d’écran 2022-02-09 à 15.47.21.png

La Dyle est donc, sans conteste, une rivière aux multiples ressources insoupçonnées !